Numéro régional IVG Contraception

Parlons

abus, inceste

Abus/Inceste

La maltraitance sur mineur-e est une forme de violence qui désigne des mauvais traitements physiques, psychologiques ou sexuels infligés à des enfants ou adolescents traités avec brutalité, rigueur ou sévérité. La justice condamne gravement toute violence exercée sur une personne mineure (âgée de moins de 18 ans). De plus, si un adulte est témoin ou au courant d’une violence envers un mineur il doit, vis-à-vis de la loi, obligatoirement le signaler aux autorités compétentes.

Abus sexuel

Il est défini comme toute contrainte (verbale, visuelle ou psychologique) ou tout contact physique, par lesquels une personne se sert d’un enfant, d’un adolescent ou d’un adulte, en vue d’une stimulation sexuelle, la sienne ou celle d’une tierce personne. Un contact physique est différent d’une contrainte verbale. Mais il faut savoir que tout abus constitue une violation de l’intégrité de la personne humaine.

Inceste

On parle d’inceste lorsqu’un attouchement, une relation sexuelle ou encore un viol est commis par un agresseur qui a un lien de parenté avec la victime.
L’inceste est interdit par la loi. Il arrive souvent que des adolescents ou des enfants victimes d’inceste pensent que des membres de leur famille sont autorisés à agir ainsi ou qu’ils ont eux-mêmes provoqué la situation. Pourtant, dans le cas de l’inceste, la personne mineure n’est jamais responsable de ces relations et est toujours considérée comme innocente par la loi.

Pédophilie

La pédophilie, qui consiste à rechercher ou à imposer des relations sexuelles à un enfant, n’est pas un terme légal. On parle d’incitation de mineur-e à la débauche. La loi condamne à la prison tout adulte majeur qui a des relations sexuelles avec un-e mineur-e de moins de 15 ans. Le viol sur un-e mineur-e de moins de 15 ans est considéré comme un crime et jugé aux assises.
De plus, Internet, espace de communication et de rencontres virtuelles, peut être un lieu privilégié pour des adultes qui, sous le couvert de l’anonymat, l’utilisent pour échanger des conversations ou des images ou avoir des rencontres de type pornographique avec un ou une mineur-e. Cela est considéré comme un crime et est puni par la loi.