Numéro régional IVG Contraception

Parlons

délais en France et en Europe

En France, l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est autorisée jusqu’à 12 semaines de grossesse, ce qui correspond à 14 semaines d’aménorrhée (SA) c’est-à-dire d’absence de règles qui se calcule à partir du premier jour des dernières règles.

En France, l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est autorisée jusqu’à 12 semaines de grossesse, ce qui correspond à 14 semaines d’aménorrhée (SA) c’est-à-dire d’absence de règles qui se calcule à partir du premier jour des dernières règles.

Il existe 2 méthodes pour réaliser une IVG.

L’IVG médicamenteuse avant 9 semaines d’aménorrhée :

– jusqu’à 7 SA, l’IVG médicamenteuse est réalisable dans le cabinet de ville d’un médecin conventionné, dans des centres de planning familial conventionnés, dans les services de gynécologie à l’hôpital ou en clinique.
– de 7 à 9 SA, la méthode médicamenteuse doit être réalisée dans les services de gynécologie à l’hôpital ou en clinique car elle nécessite quelques heures d’hospitalisation.

L’IVG chirurgicale entre 7 et 14 semaines d’aménorrhée : cette méthode par aspiration peut se réaliser sous anesthésie locale ou générale dans les services de gynécologie.

Au-delà de 14 semaines d’aménorrhée (un peu moins de 3 mois de grossesse), il n’est plus possible de demander une interruption volontaire de grossesse en France. Certaines jeunes filles/femmes se rendent à l’étranger où la différence de législation rend l’avortement encore possible (par exemple aux Pays-Bas, en Angleterre ou en Espagne).

Dans l’Union européenne, la législation sur l’IVG diffère d’un pays à l’autre. La première loi autorisant l’IVG a été votée en Finlande en 1970, et la dernière en 2007 au Portugal. Dans la majorité des pays de l’UE (Allemagne, Angleterre, Autriche, Belgique, Bulgarie, Danemark, Espagne, Estonie, France, Grèce, Hongrie, Italie, Lettonie, Lituanie, Pays-Bas, République tchèque, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Suède), l’IVG est pratiquée à la demande de la femme dans la limite de délais imposés (en très grande majorité 14 SA). Dans certains pays membres de l’UE, les délais peuvent être prolongés sur indication médicale, ainsi que pour raison de viol pour 4 d’entre eux : Grèce, Hongrie, République tchèque, et Slovaquie.