Numéro régional IVG Contraception

Parlons

poursuite de la grossesse

De nombreuses structures existent pour accompagner les femmes enceintes d’un point de vue médical mais également social et administratif. En effet, si la grossesse suppose une surveillance médicale, elle donne aussi lieu à des démarches administratives permettant de prétendre à des aides financières et matérielles.
Avoir un enfant est un événement très important de la vie. De nos jours, l’usage des moyens de contraception et le recours à l’avortement donnent la possibilité d’avoir un enfant au moment désiré. Décider du nombre de ses enfants et du moment de leur naissance est considéré comme un droit légitime des femmes et des hommes. Les parents partageront la responsabilité des soins et de l’éducation de leur enfant.

Pour que la grossesse soit vue comme un « heureux événement », on estime en général qu’il faut des conditions d’âge de la mère ou des parents (ni trop jeunes, ni trop vieux), une situation de couple installée (se connaître depuis un certain temps) et des conditions matérielles suffisantes. Il s’agit là de normes sociales, mais bien sûr, chacune et chacun peut être libre de ses choix de vie.

En France, la grossesse d’une femme, la santé et l’éducation de l’enfant sont aussi des préoccupations sociales prioritaires de l’État. Pour cette raison, beaucoup de recommandations sont faites aux femmes enceintes et après avoir fait leur déclaration de grossesse, elles entrent dans une surveillance médicale obligatoire et régulière tout au long de la grossesse ainsi que dans les premiers mois de l’enfant.

Si ce suivi est assez encadré, c’est pour permettre de s’en saisir pour être aidée en cas de difficultés personnelles ou sociales. Dans le même esprit de soutien, il existe des dispositifs pour accompagner les femmes enceintes en difficulté, des foyers d’accueil...
Pour en savoir plus :