Numéro régional IVG Contraception

Parlons

violences sexuelles

Viol et agressions sexuelles

En France, la loi en matière de violences sexuelles est très sévère. Cependant, très peu de victimes portent plainte. Ce sont souvent des raisons liées à un sentiment de honte, de salissure, ou encore à la crainte des conséquences pour elle-même et pour son entourage qui empêchent la victime de parler. Or, l’oubli est impossible et les violences laissent des traces qui peuvent perturber la vie quotidienne de la victime. C’est pourquoi, être soutenu-e et accompagné-e par des personnes qui comprennent ces problématiques peut contribuer à ce que cette expérience de violence ne retentisse pas massivement dans le quotidien et ne le rende invivable.

La loi en France est très sévère : tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature que ce soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol. Le viol est un crime puni de 15 ans de réclusion criminelle. Le code pénal reconnaît le viol entre époux. Un viol commis sur mineur-e-s peut encore être dénoncé vingt ans après la majorité de la victime. Les attouchements, l’exhibitionnisme sexuel, le harcèlement sexuel, la tentative de viol, le fait de faire regarder des cassettes ou des livres à caractère pornographique sans consentement, constituent des agressions sexuelles.

Cependant très peu des victimes portent plainte.

En effet, dans la très grande majorité des situations, l’agresseur n’est pas un inconnu mais un proche ou une connaissance de la victime. Souvent celle-ci se sent en partie responsable de ce qui s’est passé. Le sentiment de honte, de salissure, la crainte des conséquences pour son entourage et pour elle-même peuvent l’empêcher de parler.
C’est pourquoi les victimes de viol et d’agression sexuelle ont du mal à porter plainte. Lorsqu’elles s’engagent toutefois dans cette démarche, elles sont parfois accueillies avec de l’incrédulité ou de l’ironie, alors qu’elles recherchent de l’écoute et du soutien.

N’hésitez pas à demander de l’aide pour être soutenu-e et accompagné-e par des personnes qui comprennent ces problématiques.

Harcèlement sexuel

C’est une forme particulière de violence sexuelle qui peut être exercée dans n’importe quel cadre (professionnel, de loisirs, scolaire, universitaire, conjugal...) et peut être verbale, psychologique, physique. Le harcèlement se caractérise par la répétition des pressions exercées par l’agresseur pour arriver à ses fins. Ce caractère répétitif peut avoir des conséquences dévastatrices sur la santé psychologique et physique de la personne victime, car ce type de violence suppose une « traque » où c’est toujours le même qui gagne. Pour rompre ce processus ou pour se reconstruire après en avoir été victime, des espaces d’écoute anonymes et gratuits ainsi que des possibilités d’accompagnement sur un plan juridique existent et peuvent s’avérer essentiels pour s’extirper d’une telle situation.

La loi définit le harcèlement par le fait de solliciter autrui de façon répétée en donnant des ordres, en proférant des menaces, en imposant des gestes ou des contraintes ou en exerçant des pressions graves, dans le but d’obtenir des faveurs de nature sexuelle, par une personne abusant de l’autorité que lui confèrent ses fonctions.

Il peut prendre plusieurs formes : verbal, non verbal, physique.

Ces propos ou comportements ne sont pas considérés isolément comme des délits. C’est leur répétition qui permet de les qualifier de harcèlement. Celui-ci peut avoir de graves conséquences sur la santé psychologique et physique d’une personne ainsi que sur ses conditions de travail ou d’études.

Si vous êtes ou avez été victime d’un viol, d’une agression sexuelle ou de harcèlement, des professionnel-les ou des associations vous offrent des espaces d’écoute et de suivi anonymes et gratuits. Ces espaces permettent d’exprimer les émotions liées à l’agression ou au harcèlement dans un cadre non jugeant, de recevoir des informations concernant vos droits ou vos démarches, ou encore d’être orienté vers d’autres personnes compétentes en fonction de vos demandes (médecins, avocats, police, acteurs sociaux).

Vos questions