Numéro régional IVG Contraception

Parlons

violence conjugale

La violence dans le couple est dans la plupart des cas subie par les femmes et peut être verbale, psychologique, physique, sexuelle, économique et tout à la fois. Les liens affectifs en jeu dans le couple, la dépendance financière, la présence d’enfants sont autant de facteurs qui font que la situation paraît parfois sans issue et sans changement possible. Cependant, être écouté-e et accompagné-e par des professionnel-les peut permettre diverses évolutions, comme par exemple rompre l’isolement provoqué par le vécu des violences, comprendre les mécanismes en jeu dans les violences, ou encore décider de déposer plainte contre l’auteur des violences...

Des couples mariés, concubins, pacsés, des couples n’ayant établi aucun lien légal ou juridique entre eux, des couples ne vivant pas sous le même toit mais ayant une relation régulière, des couples hétérosexuels comme des couples homosexuels connaissent des violences. Ce sont dans la plupart des cas les femmes qui subissent ces violences. Elles peuvent être de tous ordres : verbales, psychologiques, physiques, sexuelles, économiques.

La personne qui subit des violences dans son couple est prise dans un filet qui l’emprisonne et rend difficile le changement : la place sociale du couple, la relation affective avec son agresseur, la dépendance financière, la peur, la crainte vis-à-vis des enfants sont les mailles de ce filet. L’état de tension, de culpabilité, de peur et d’angoisse dans lequel les personnes maltraitées sont maintenues par leur agresseur, dans un but de contrôle et de destruction, fait qu’elles ont du mal à parler.

Le moment de la rupture ou l’annonce de celle-ci sont des moments où le risque est fort de subir des violences graves : en France, une femme meurt tous les 3 jours sous les coups de son compagnon ou ex-compagnon.

Toutes ces raisons ainsi que les repentirs plus ou moins fréquents et sincères de l’agresseur détruisent les capacités de la victime à agir pour elle-même. Elle peut faire des tentatives de fuite et revenir vers son conjoint violent. Souvent par manque de connaissance du processus de cette violence et de son emprise sur les victimes, les amis, la famille, les voisins, les collègues, les professionnels ne comprennent pas et sont déçus par l’attitude de la victime.

Lorsqu’on est victime de violences de couple, être écouté-e et accompagné-e par des professionnel-les peut permettre diverses évolutions, comme par exemple rompre l’isolement provoqué par le vécu des violences ; parler de ce qu’on a vécu, pouvoir exprimer ses émotions, sa colère, sa honte, ses peurs ; rompre avec les relations d’emprise établies par l’agresseur et avec la dépendance qui en découle ; comprendre les mécanismes en jeu dans les violences, ou encore décider de porter plainte contre l’auteur des violences...

La loi prévoit des sanctions pénales à l’encontre de l’auteur de violences. Ce dernier peut lui aussi demander de l’aide pour être accompagné dans un changement de comportement.

En savoir plus