Numéro régional IVG Contraception

Parlons

délais en France et en Europe

IVG : les pays où les législations sont les plus souples


Différentes lois en Europe

Les pays où les législations sont les plus souples :

– la Suède avec un délai à 18 semaines d’aménorrhée ;
– l’Espagne avec un délai à 14 semaines d’aménorrhée, mais qui peut aller jusqu’à 22 semaines en cas de malformations du fœtus ou de danger pour la mère ;
– les Pays-Bas avec un délai à 24 semaines d’aménorrhée ;
– le Royaume-Uni avec un délai à 24 semaines d’aménorrhée pour cause de viol, pour raisons de santé ou économiques et sociales ;
– la Finlande avec un délai à 20 semaines d’aménorrhée pour les mineures de moins de 17 ans
– le Luxembourg, la Finlande et le Royaume-Uni sont les 3 seuls pays à autoriser l’avortement pour raisons économiques et sociales.

Les pays les plus restrictifs en matière d’interruption de grossesse :

Malte est le seul pays de l’UE, où l’IVG reste totalement interdite.
En Irlande la loi protège la vie de l’embryon tout autant que celle de la femme ; l’IVG y est illégale sauf si la mère est en danger de mort ; depuis peu les Irlandaises peuvent faire une IVG, à l’étranger, sans être passibles de poursuite.
Le Portugal tolère l’IVG en cas de viol ou pour raisons de santé.
En Slovénie, les délais sont limités à 10 semaines d’aménorrhée.
A Chypre l’IVG n’est autorisée qu’en cas de viol ou sur indications médicales.
En Pologne l’IVG est admise seulement en cas de viol jusqu’à 12 semaines, ou en cas d’anomalie du fœtus.

L’UE n’est pas compétente en la matière pour légiférer. Dans une résolution du 3 juillet 2002, le Parlement européen a recommandé aux Etats membres de légaliser l’avortement. Une étude de l’OMS, après comparaison des législations de différents pays, conclut que les lois les plus restrictives ne font pas diminuer le nombre d’avortements pratiqués, mais font, par contre, augmenter le nombre d’avortements clandestins, multipliant ainsi les risques pour la santé des femmes (environ 47 000 décès de femmes par an en Afrique, chiffre auquel il faut ajouter plusieurs millions qui souffriront toute leur vie de complications liées à l’avortement non sécurisé).

++FB